Sauter les liens

Edito / Avril 2021

Séparatisme et laïcité, attention aux amalgames !

Depuis 2013, l’Observatoire de la laïcité a pour fonction de formuler des avis, des recommandations sur les questions qui se posent dans la mise en œuvre de la laïcité dans le respect de la loi de 1905. Il joue un rôle majeur dans l’accompagnement des acteurs dans des contextes tendus, d’autant que la laïcité a été quelquefois instrumentalisée pour des enjeux politiques qui dépassent le cadre de la loi.

En toute indépendance et dans le seul esprit de la loi de 1905, il a réalisé une multitude d’interventions, de formations et éclairé  beaucoup de responsables  sur des situations particulières : 350.000 fonctionnaires, associatifs ou entreprises, ont été formés en huit ans.

Un bilan important sur un sujet aussi sensible dans le contexte des attentats, des instrumentalisations de tous genres qu’ils ont suscité ou suscitent encore et qui conditionne le vivre ensemble dans un climat apaisé.

Fort de l’esprit et de l’idéal desquels la laïcité a émergé (rappelons le, la laïcité doit en premier chef permettre d’apaiser les tensions) l’Observatoire a su calmer des situations pour lesquelles il est nécessaire de prendre du recul afin que l’affect et l’émotion ne dominent pas les débats.

Malheureusement, pour tout remerciement de la qualité du travail accompli, l’Observatoire est condamné à disparaître.

Comment peut-on y mettre un terme de manière aussi brutale quand tout le monde, mis à part quelques défenseurs d’une laïcité qui exclut, reconnait l’immense travail d’une qualité indéniable effectué par l’office et ce dans un contexte particulièrement difficile ?

La Ligue de l’enseignement du Pas-de-Calais, les partenaires de nos semaines départementales de la laïcité, associations, collectivité locales, enseignants peuvent apporter témoignage de la qualité de ses interventions.

En ce temps où l’Observatoire est menacé dans son existence, nous voulons apporter tout notre soutien au Président Jean-Louis Bianco et au Directeur général Nicolas Cadène.

Dans le même temps, une loi sur le séparatisme dont on pouvait questionner l’opportunité vient d’être votée par le Sénat dans une version très dure à l’égard des associations qui doivent justifier de leur moralité afin de bénéficier de fonds publics.  Ainsi la liberté de s’associer serait conditionnée au respect du pacte républicain, soit, mais pourquoi ne pas faire en sorte que les associations appréhendent ce qu’est la république, comment elles peuvent traduire en actes ses valeurs et son principe d’organisation qu’est la laïcité. Faut-il réprimer sans avoir jamais expliqué ? C’est pourtant le travail que fait l’Observatoire et le travail que nous réalisons au quotidien.

En cette période troublée dans laquelle l’avenir est incertain, les tensions économiques sont accrues et le repli sur soi devient une norme sanitaire pourquoi doit-on ajouter à cela un arsenal législatif qui ne fera que conforter le positionnement de l’extrême droite.

En effet, celle-ci n’a pas d’autre fonds de commerce que la lutte contre le communautarisme, l’immigration et l’islam. Elle utilise pourtant le même langage communautaire que ceux qu’elle voudrait condamner parlant de racines, d’identité, de préférence …

A l’heure où Marine Le Pen est donnée possible gagnante au second tour de l’élection présidentielle, il nous faut plutôt être vigilant à ne pas lui donner d’espace médiatique et à créer les conditions d’une cohésion plus forte de notre population.

Est-ce en interdisant aux mamans voilées d’accompagner les sorties scolaires, en suspendant les allocations familiales que la loi sur le séparatisme pense régler le problème de fond de la montée de la xénophobie et des replis identitaires de tous ordres.

Il y a des séparatismes qui fragilisent la République, le séparatisme des plus riches qui recourent à l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux, le séparatisme des mêmes qui mettent leurs élèves dans le privé pour se retrouver entre soi, le séparatisme des identitaires qui veulent exclure celles et ceux qui ne correspondent pas à leur idéologie sectaire et excluante.

Comme le dit la sénatrice Eliane Assassi, ce texte sur le séparatisme n’est pas opportun car « il divise, il fragilise et stigmatise à tel point qu’il sépare ».

Nous continuons et continuerons toujours à travailler auprès des associations, des enseignants, de tous les acteurs éducatifs afin de rappeler que la République est basée sur trois valeurs : Liberté-Egalité-Fraternité et un principe d’organisation la laïcité qui garantit à chacun la liberté de conscience, la liberté de croire ou ne pas croire.

En traitant chaque être humain en égale dignité, la laïcité rassemble et nous permet de vivre nos différences dans une société apaisée. Elle est la meilleure solution pour lutter contre le séparatisme. Après 116 ans, elle a surmonté toutes les épreuves les plus douloureuses de notre histoire.

Pas besoin d’une nouvelle loi votée à la hâte avec des arrières pensées politiciennes.

 

Daniel BOYS
Président de la Ligue de l’enseignement du Pas-de-Calais