Sauter les liens

Les Tiers-Lieux : de l’intention à la transformation

On dit des Tiers-Lieux qu’ils sont “tiers” du fait de leur position intermédiaire entre la maison et l’entreprise. En effet, on y trouve l’atmosphère sympathique et le confort de la maison combiné aux équipements de l’entreprise, ou du moins d’un cadre de travail, de création, de production.

Au sein de la communauté Tiers-Lieux, on explique aussi que c’est le potentiel transformationnel et créatif, qui fait du Tiers-Lieu un espace tiers : en ouvrant le champ des possibles, il est différent, il est “Autre”, tout simplement.

Coworking, fablab, ateliers partagés, fermes ouvertes, tiers-lieux culturels, sont autant de formats possibles – et non exhaustifs – que peuvent prendre les Tiers-Lieux.

Recouvrant des réalités différentes et hybrides, ainsi que par nature en évolution constante, les Tiers-Lieux ne peuvent supporter une définition fixe qui constituerait en soi un contresens.

Néanmoins il est possible de pointer les dénominateurs communs essentiels.

1/ Une communauté et son intention sur un territoire

Un tiers-lieu naît d’une communauté. Des individus se réunissent autour d’une problématique, se l’approprient et cherchent à produire des solutions.  Ainsi le tiers-lieu émerge d’une initiative visant à répondre à un besoin, un manque, une envie. Il y a donc potentiellement autant de tiers-lieux que de communautés d’individus réunies autour d’une intention partagée, et ceci quel que soit le domaine : gestion, création, production, culture, santé, éducation, consommation…

>> La forme du Tiers-Lieu dépendra du collectif qui le porte et du territoire sur lequel il naît.

2/ Une concrétisation collaborative innovante

Les Tiers-Lieux sont des espaces au sein desquels on collabore et on innove. Ainsi leurs spécificités sont leur mode de gestion collectif (gouvernance partagée, collaborative, ouverte) et leur approche transdisciplinaire. Le Tiers-Lieu est alors un lieu ressource dans le sens où il est lui-même une ressource mutualisée (mutualisation d’espace, d’outils, de réseau), mais également dans le sens où il permet la rencontre entre différentes ressources d’un territoire et offre les conditions de leur articulation afin d’imaginer, de travailler, de créer, de produire.

>>  “Le Tiers-Lieux permet de mobiliser des ressources afin de faciliter le passage de l’intention à la concrétisation “

3/ Une transformation du lieu, des individus, et de leur territoire

La relation entre le Tiers-Lieux et ses usagers dépasse le rapport transactionnel (mise à disposition de bien et de services). En effet, ils se transforment mutuellement.

Les usagers d’un Tiers-Lieux peuvent modifier les services existants, en créer de nouveaux, participer à la gouvernance, codesigner l’espace, etc. Un Tiers-Lieu ne dicte pas les usages qui sont faits de lui, il accueille l’expérimentation, le test, et offre le droit à l’erreur.

Le Tiers-Lieu en réponse permet la montée en compétences de ses usagers (“encapacitation”) en étant à la fois un espace d’accès à l’information, de transmission, et d’application. Par l’expérience collective, la friction interdisciplinaire et interculturelle, l’échange des postures (sachants/non sachants, expert/amateur, etc), les individus se forment et évoluent.

Naturellement, c’est le territoire d’implantation du Tiers-Lieu qui s’en trouve transformé à son tour, par la création de biens, de services, mais aussi – et surtout – d’opportunités, de lien social, de symboles !

>> Le Tiers-Lieu met en place les conditions de transformation du réel.

 

La Fédération du Pas-de-Calais de la Ligue de l’enseignement s’engage !

C’est dans cette vision du Tiers-Lieu qui fait la part belle à lémancipation individuelle et à la résilience territoriale, que la Coordination Nord Pas de Calais de la Ligue de l’enseignement s’engage.

Nous partageons ainsi le constat fait par la Banque des Territoires quant elle écrit, dans sa note Processus Tiers Lieux: des infrastructures civiques de résilience :

“Le mouvement des Tiers Lieux représente une infrastructure liquide qui hybride social, culturel et économique (…) il porte l’ensemble des leviers de la résilience sur les territoires et l’émergence d’autres modèles économiques basés sur la proximité et l’autonomie”

“Ce n’est pas l’adjonction des services et fonctions d’un lieu qui fait Tiers Lieux (…) C’est bien la communauté distribuée où le citoyen est contributeur, dans une gouvernance partagée, autour des biens communs, qui génère la transversalité du sens d’un projet quels que soient les services et les activités proposés”

Nous revendiquons ce même double accent mis sur la citoyenneté et sur la résilience, en appelant de nos vœux à la concrétisation d’utopies concrètes, issues de la philosophie des communs.

En effet, le tiers-lieu n’est pas – et ne doit pas être – une finalité en soi, il est une ressource visant à outiller les individus, au sens matériel comme immatériel, afin qu’ils soient capables de mener à bien leurs initiatives et d’ainsi vivre et d’exprimer pleinement leur citoyenneté. La Ligue de l’enseignement prend ainsi le parti de lingéniosité territoriale et défend l’innovation comme produit d’un processus créatif ouvert aux contributions du territoire. Bref, ce sont les externalités positives des Tiers-Lieux sur un territoire donné qu’elles soient économiques, sociales, ou tout simplement humaines, qui intéressent la Ligue de l’enseignement.

 

Sourcer les pratiques d’un processus Tiers-Lieu au sein du réseau, les accompagner, les développer, les essaimer.

Naturellement, c’est au plus près du terrain et au sein de son réseau que la Coordination NPDC de la Ligue de l’enseignement trouve son inspiration et ses bonnes pratiques, et à partir de lui qu’elle dessine sa stratégie, refusant toute réflexion déterritorialisée ou hors sol. Fort de la diversité de ses adhérents, le réseau de la Ligue dans le Nord et dans le Pas de Calais fait déjà remonter de nombreuses pratiques ayant trait au processus qu’on nomme Tiers-Lieu décrit plus haut –  l’objectif pour la Ligue étant de les accompagner, les développer, les essaimer.

 

Le Rat Perché à Arras (62)

Difficile de ne pas nommer en premier lieu Le Rat Perché, se situant à Arras dans le Pas de Calais.  Lieu multiculturel, citoyen, fondé sur les valeurs de partage et de solidarité, son objectif est de promouvoir la culture sous toutes ses formes, dans un espace alternatif et accessible au plus grand nombre, dans un souci d’échanges conviviaux avec les populations et de mutualisation des biens, des savoirs et des expériences. La création en 2017 du Rat Perché a permis de répondre à deux constats sociaux de la région : le difficile accès à la culture pour tous et le manque d’espace de parole citoyen. Lors de son année de création, 250 manifestations, pour la plupart gratuites, ont ainsi été organisées au sein du café : concerts, représentations théâtrales,  chorales, présentations d’initiatives, de lectures, débats…

Par sa pluridisciplinarité et son fonctionnement contributif, Le Rat Perché participe à un processus Tiers-Lieu sur son territoire, contribuant ainsi à le redynamiser et à redonner à ses citoyens les moyens d’exprimer leurs droits culturels.

 

L’association K-D’ABRA à St Pol sur Ternoise (62)

A Saint Pol sur Ternoise, l’association K-D’ABRA accompagne des bénéficiaires du RSA et les aide à développer différents projets. Ainsi plusieurs associations périphériques ont été créées, et d’autres sont en gestation. La Coopérative des savoirs, par exemple, est composée d’une large variété d’ateliers proposés et créés par les bénéficiaires eux-mêmes (tricot, informatique, chorale, cuisine, écriture, jardinage..). L’association s’attache ainsi à mettre en valeur les compétences de chacun des participants, à restaurer leur estime de soi et redorer leur confiance en soi. La Coopérative des savoirs cherche également à montrer que les bénéficiaires du RSA, généralement orientés par leur référent RSA dans le cadre d’une démarche de réinsertion, sont volontaires et actifs au sein des communautés. K-D’ABRA a également permis la naissance de l’association Coop’ci Coop’ça regroupant boutique solidaire et déménagements solidaires, l’Association LEA (Lieu Enfant Adulte) mettant en place ateliers et échanges autour de la parentalité, ainsi que l’association Territoires en marche proposant promenades avec des ânes.

K-D’ABRA fait ainsi tout à fait écho au processus Tiers-Lieu par son format de structure porteuse, structure outils, structure accompagnatrice. Elle ne prend sens que par la contribution des bénéficiaires, leur montée en compétences, la réalisation de leurs projets propres, et la réaffirmation de leur rôle de citoyen.

 

“Pour toi l’entrepreneur”, Faubourg de Béthune à Lille (59)

Pour Toi l’Entrepreneur est une association qui œuvre à la mise en place d’un centre d’affaires de quartier pour les habitants du Faubourg de Béthune et des quartiers prioritaires de la Ville de Lille. Un réseau d’entreprises, engagées à partager leur expérience en matière d’entrepreneuriat, accompagne des porteurs de projets dans la création de leur entreprise. L’association propose un service de mentoring à tous ses porteurs de projets, qui bénéficie également d’un suivi régulier (accompagnement) et d’un espace mis à disposition (coworking).

C’est par sa réponse à un besoin territorial bien identifié, sous forme d’une structure rassemblant un écosystème, une mutualisation d’espace et d’outils, et une offre de services d’accompagnement, que Pour toi l’entrepreneur résonne avec les processus Tiers-Lieu.

 

Rassembler autour de principes communs et faire réseau.

La crise sanitaire a repositionné les Tiers Lieux au cœur des débats sur la résilience des territoires. Ils sont apparus comme des modèles effectifs de la Transition qu’il s’agit alors de savoir soutenir, de développer, d’essaimer.

Au-delà des technicalités du phénomène Tiers-Lieux, c’est aussi avant tout l’ensemble de ses principes humanistes qui sont revendiqués – solidarité, confiance, réciprocité, équité, émancipation, citoyenneté, entre autres – et que la Ligue de l’enseignement porte dans son ADN depuis plus de 150 ans.

La Ligue de l’enseignement, souhaite alors rassembler et faire réseau en proposant aux acteurs Tiers-Lieux – ou initiatives apparentées – de l’ensemble du territoire ses services d’accompagnement, de formation, et d’animation fédérative.

Contactez-nous :
Margot CATTEAU
Chargée de mission innovation sociale – Tiers-Lieux
mcatteau@ligue62.org