Accueil » Culture » Arts de la scène au collège : « 14/18 révolution des féminins »

Arts de la scène au collège : « 14/18 révolution des féminins »

ASC 14-18Plus de 200 élèves du collège du bellimont de pernes ont pu assister à la représentation du spectacle « 14/18 révolution des feminins ». Retours sur une journée riche et engagée.

C’est à la salle des fêtes de Pernes que la Compagnie In Extremis de Valérie Dablemont et les collégiens du Bellimont sont accueillis par l’adjoint au maire. Avec l’aide des services techniques nous montons la scène, réglons les lumières, testons le son et aménageons une loge. Tout est en ordre, enfin les chaises sont installées et font de la salle des fêtes de Pernes, le temps d’un après-midi, un théâtre éphémère où bientôt 200 élèves prendront place.

Déjà midi, on fonce au collège pour déjeuner, Valérie embrasse trois élèves, fait signe à une enseignante, elle intervient dans le collège depuis 2 mois et elle est déjà un peu chez elle. Juste avant de prendre notre place dans la file de la cantine, nous passons par le CDI où Mme Audrey Maës, référente à Pernes sur le dispositif « Arts de la scène au collège» nous demande si tout est en ordre et comme pour conjurer son trac croise les doigts pour que cela se passe bien : « deux cents élèves qui vont assister à un spectacle qui parle de la guerre et de la condition des femmes j’espère que ça va aller ! ». Le pari semble risqué mais moi je sais que non car j’ai vu le spectacle et je sais que les comédiennes « assurent ».

La correspondante de l’Abeille de la Ternoise assiste assez impressionnée à la fin de l’installation des derniers élèves, ça bourdonne comme dans une ruche. Le brouhaha couvre nos échanges mais j’arrive quand même à lui décrire le « parcours de sensibilisation aux Arts de la scène » que nous coordonnons à la Ligue avec l’aide du Conseil Départemental dans 7 collèges du territoire du Montreuillois-Ternois. Étrangement, d’un seul coup, on n’entend plus que nos deux voix, la salle s’est faite silencieuse, je lève les yeux et je vois Valérie Dablemont au centre de la scène, elle commence à parler d’une voix posée et claire, les élèves la regardent et surtout l’écoutent pour les explications d’usage avant une représentation. J’éteins la salle, une musique des années 1914 grésille dans le haut-parleur, c’est parti pour une heure d’émotion, de rire, de réflexion et de revendication.
Jamais encore, je n’avais entendu en séance scolaire autant d’applaudissements. Très vite et humblement Valérie reprend la main et la parole pour entamer le débat. Il s’agit de parler du rôle des femmes durant la guerre, de leur condition à cette époque et de son évolution de nos jours. Une élève demande à Valérie : « Comment tu arrives à pleurer pour du vrai ». « Ce n’est pas moi qui pleure pour de vrai c’est mon personnage ». Et puis une autre question sur le respect envers les femmes, « les filles ont le droit de dire non et de voter » dit Isabelle l’autre artiste du spectacle. Et encore une question puis une autre et enfin la dernière.

Il est presque 16h00 quand les élèves mettent les chaises par tas de cinq et nous aident à les mettre sur le côté de la salle qui reprend son identité initiale. La salle des fêtes de Pernes se vide de ses élèves, des commentaires plein la bouche et des images plein la tête. Quelle belle représentation oui ! je l’avoue j’ai aussi versé ma petite larme.

Abdel BARAKA
Chargé de mission spectacle vivant

 

Contact :
abaraka@ligue62.org

 

css.php

Login

X